slider-02

Les Palmiers

Nous présenterons également les Cycas et les Dracænas dans ce chapitre parce qu’ils s’apparentent à des palmiers dans l’esprit populaire mais nous portons à votre attention le fait qu’ils ne font pas partie de la même famille.
Un peu de vocabulaire : Le Palmier n’est pas un arbre, son « tronc » est un stipe, il s’agit d’un emboîtement de gaines foliaires coriaces, la surface du stipe est marquée par les empreintes laissées par la base des « branches » mortes. Ces « branches » sont des palmes.
Sélection
Dans nos champs de culture, nous sélectionnons nos Palmiers en fonction de leur état phytosanitaire, de leur port, de leur force, de leur stipe, de la longueur et du nombre de palmes.
Les palmiers hauts et frêles avec de longues palmes, bien que plus impressionnants, ont subi une croissance forcée qui les fragilise à long terme.
Nous cultivons nos palmiers dans les meilleures conditions pour ne présenter que des sujets de premier choix. Ils sont régulièrement contrôlés, nous luttons de façon biologique contre les principaux parasites tels que le Rhynchophorus Ferrugineus et Paysandisia Archon. Tous nos sujets partent de la pépinière avec un passeport phytosanitaire et sont garantis sains.

 

Provenance géographique
Nos palmiers sont issus d’une culture régionale. La plupart sont dans la région d’Alicante, d’autres espèces plus rares sont importés de l’étranger.
Notre support de culture est un mélange composé de tourbe (pour la rétention hydrique), de terreau (pour la matière organique) de terre végétale légère (pour une bonne fixation des radicelles) et de fibre de coco.
Nous livrons donc nos palmiers avec un système racinaire bien développé, de cette manière, une fois en place dans votre jardin, le sujet ne végète pas pendant plusieurs années.
Ainsi, nous assurons les meilleures chances de reprises des palmiers en plus de leur qualité esthétique et de leur éclatante santé.
Les espèces que nous proposons à la vente :

brahea-armata

La Brahea armata ou palmier bleu du Mexique

Résiste à des températures négatives allant jusqu’à -12°. Son stipe comprend des traces de cicatrices foliaires fibreuses et ses palmes sont de larges éventails bleu-vert. Son port élégant en fait un sujet idéal à installer au milieu d’un gazon ou dans un patio. Sa croissance est très lente.

butia-capitata

 Le Butia capitata

Résiste à des températures négatives allant jusqu’à -15°. Il est très décoratif, peu exigeant quant à la nature du sol et de dimension moyenne.

.

Chamaerops-cerifera-o-palmera-enana-azul

Le Chamaerops cerifera ou palmier nain bleu

Résiste à des températures négatives allant jusqu’à -15°. Ses palmes sont couvertes d’une pellicule cireuse qui lui donne une très belle coloration d’un bleu argent intense. Très robuste, il tient au soleil, à l’ombre, résiste au vent et au froid. Sa taille moyenne en fait un sujet tout indiqué pour une culture en pot en bac en jardinière en pleine terre.

chamaerops-excelsa

Le Chamaerops excelsa

L’incontournable! Le Palmier le plus résistant au froid perdurant, il supporte -18°. Ce palmier est particulièrement intéressant en raison de son effet décoratif, de sa résistance au froid et de ses exigences très limitées.

chamaerops-humilis

Le Chamaerops humilis

Résiste à des températures négatives allant jusqu’à -15°. Il pousse en touffe, ses palmes sont vert foncé. Peu exigeant sur la nature du sol, il s’utilise en pleine terre ou en bac.

Chamaerops-Vulcano

Le Chamaerops vulcano

Résiste à des températures négatives allant jusqu’à -18°. Son port très compact lui confère une protection naturelle efficace contre le froid. Il s’adapte très bien aux petits jardins. Il est aussi très résistant à la sécheresse et au vent.

57 Cycas revoluta 10-15 6lt

Le Cycas revoluta

Résiste à des températures négatives allant jusqu’à -8°. Le cycas n’est pas un palmier mais il y ressemble. Il a une croissance très lente, sur un tronc robuste. Son feuillage est vert foncé, disposé en rosette.

draceana-indivisa-red-et-variegata

Le Draceana indivisa, red et variegata

Résiste à des températures négatives allant jusqu’à -12°. Ce n’est pas un palmier non plus. La variété indivisa est vert clair à vert moyen, la variété ‘red’ est rouge bronze, la variété ‘variegata’ est marginé de blanc crème.

jubea-chilensis-o-palmera-de-chile

Le Jubea chilensis ou palmier du Chili

Résiste à des températures négatives allant jusqu’à -18°. C’est un des plus résistants des palmiers mais il est très rare, sa croissance est très lente. Les feuilles sont pennées, de coloration grisée.

phoenix-canariensis

Le Phoenix canariensis

Résiste à des températures négatives allant jusqu’à -8°. Tronc lisse ou naturel, il a un fort pouvoir ornemental, il donnera à lui seul un intérêt majeur au jardin.

rhapidophyllum-Hystrix-o-palmera-cerdo-épic

Le Rhapidophyllum Hystrix

Résiste à des températures négatives allant jusqu’à -25°. C’est un palmier buissonnant avec des feuilles vert foncé. Le stipe recouvert d’aiguilles reste court (1 mètre maximum). Son originalité et sa résistance le rend indispensable pour tout collectionneur. Sa croissance est particulièrement lente. Dans son environnement naturel, ce petit palmier pousse dans les sous-bois humides, il réclame une situation mi-ombragée dans le sud de la France mais au nord de la Loire, il faut le planter en plein soleil car il a besoin de beaucoup de chaleur pour pousser correctement.

sabal-texana

Le Sabal texana

Résiste à des températures négatives allant jusqu’à –12°. Il a un tronc gris à anneaux étroitement liés et des grandes palmes vertes claires au soleil et vertes foncées à l’ombre. Il peut faire jusqu’à 15 m de haut.

washingtonia

Le Washingtonia

Résiste à des températures négatives allant jusqu’à -8°. Il peut faire 25m de haut. C’est un palmier très élégant dont la taille et l’envergure de ses feuilles donnent une impression de prestige. Sa croissance est assez rapide. On peut lisser le tronc afin de lui donner un air de plus exotique.

Symboles
Le palmier se dit « tamar » en hébreu, ce qui signifie beau, svelte, élancé mais aussi « le signe de l’amer ». En effet, pour survivre va chercher l’eau en profondeur ou se contente d’eaux saumâtres ou amères pour donner des fruits d’une grande douceur.
De l’amertume naît la douceur…
Le palmier signifie aussi la victoire, la renommée et le triomphe sur la mort. Depuis l’Antiquité le palmier est attribué au mythe du soleil pour évoquer la gloire et l’immortalité, en raison de la disposition harmonieuse de ses branches et de ses feuilles semblables à des rayons. La branche du palmier peut être un emblème de victoire ou un signe de bon présage. Une légende romaine raconte que Rhéa Silvia voit en songe Romulus et Rémus peu avant d’accoucher, sous l’aspect de palmiers majestueux.

 

Quelques règles
Le palmier a besoin d’un sol très drainant. Il est indispensable de mettre au fond du trou de plantation ou du bac une couche de graviers.
On peut le planter toute l’année.
Le collet doit être légèrement au dessus du niveau de la terre. Un engrais de fond doit être ajouté à la terre qui comblera le trou.
Pendant un an, un arrosage régulier, proportionnel à la taille de votre palmier et adapté à la chaleur ambiante, sera la condition sinequanone à sa bonne reprise. Il faut en revanche veiller à ce que les racines ne soient pas noyées dans de l’eau stagnante, en particulier en automne et en hiver.
Le Palmier ne nécessite pas de taille. Dans un souci esthétique, vous pouvez couper les palmes sèches au fur et à mesure. Il faut éviter de couper le bourgeon terminal.
Il est aussi possible de « lisser » la surface du stipe, à l’aide d’une tronçonneuse en partant de la base du stipe et en remontant, en plus de l’aspect esthétique, cela a un intérêt sanitaire, car les anfractuosités naturelles peuvent amasser débris et humidité et héberger alors des insectes.
Comme la plupart des végétaux, les palmiers peuvent souffrir du manque d’eau, de l’excès d’eau ou de carences en oligo-éléments s’il n’a pas assez d’engrais.

Votre achat
En résumé, lorsque vous achetez un palmier n’oubliez pas de :
• Demander sa variété et sa résistance au froid ?
• Demander son état d’enracinement.
• Vérifier la qualité de son support de culture (ni trop pauvre, ni trop riche, ni trop lourd, ni trop léger).
• Demander à voir le passeport phytosanitaire du vendeur.
• Vérifier que le stipe est assez large, que les palmes ne sont pas trop longues et assez denses, et que le conteneur est proportionnel à la taille du palmier.

La réussite de notre travail réside dans le plaisir que vous aurez à admirer de votre Palmier !